16 novembre 2010

Laurent Terzieff :: France Culture, A voix nue, 5 au 9 juillet 2010



Par Bernard Bonaldi. Première diffusion du 14 au 18 juillet 1997.

Sait-on que Laurent Terzieff avait d’abord songé à cette vie de créateur solitaire, celle d’écrivain. Laurent Terzieff ne sera ni moine ni écrivain mais décidera de se donner aux autres, à la poésie, au théâtre, de « s’incarner », comme le disait joliment Hélène Martin dans son spectacle Mes années Cigale au Festival d’Avignon en 1996. Laurent Terzieff est un de ces messagers, un de ces « scupteurs de mots », fils de scupteur d’ailleurs, découvreur d’auteurs français ou étrangers méconnus, d’Adamov à Schisgal et Mrozek, mais serviteur aussi de Claudel au côté d’Alain Cuny dans Tête d’or ou L’Echange. Désintéressé ou plutôt généreux, il est aussi l’un des plus secrets de nos comédiens actuels. Il nous raconte ses débuts alors qu’il n’était que lycéen, son amitié avec Roger Blin, les épopées du Théâtre de l’Œuvre, de Lutèce ou du Lucernaire ; sa célébrité soudaine grâce aux Tricheurs de Marcel Carné ; ses souvenirs de tournage avec Rosselini, Bunuel, Pasolini; son métier de récitant dans Le Martyre de saint Sébastien, Œdipus-Rex... Le paradoxe du comédien ne sera pas oublié : de Diderot à nos jours la réflexion n’est peut-être plus la même. Le délicat problème de la pédagogie sera aussi évoqué. Laurent Terzieff illustrera chacun de ses entretiens par une lecture d’un texte, Rilke, Milosz, Claudel, et il terminera la série par une scène du Bonnet de fou de Pirandello.

> Télécharger : un ; deux ; trois ; quatre ; cinq

3 commentaires:

Basil a dit…

Je n’avais jamais entendu de comédien plus touchant sur d’aussi beaux textes.
J’imagine que le « Philoctète » de Jean-Pierre Siméon ne vous aura pas échappé ?
Bien à vous.

dajo a dit…

Dommage que la première partie ne concerne pas Terzieff… Une erreur vite réparée?

Ultima a dit…

En effet, Olivier Cadiot s'était glissé à la place de Laurent Terzieff... C'est rectifié.